Les solutions pour préserver l'eau

À l'échelle individuelle ou collective, des moyens techniques et comportementaux peuvent être mis en œuvre pour tenter d'inverser la tendance actuelle. L'eau la mieux préservée est celle que l'on ne pollue pas ou que l’on ne consomme pas...

1. Diminuer la pollution

Limiter l'utilisation de polluants

En favorisant les bonnes pratiques, des résultats peuvent être obtenus dans tous les secteurs, car il est moins coûteux de ne pas polluer que de réparer les dommages de la pollution.

Par exemple :

  • dans l'agriculture : concilier productivité et protection de la nature (agriculture raisonnée, agriculture biologique…) ;
  • dans l'industrie : encourager le développement de technologies plus propres ;
  • chez les particuliers : encourager l'utilisation de produits biodégradables ;
  • dans les communes : assainir les eaux de pluies, garantir l'étanchéité des décharges publiques et des dépôts de produits toxiques, limiter l’usage des produits phytosanitaires dans les parcs et jardins.

En tant qu'acteur majeur de l'accès à l'eau en Île-de-France, le SEDIF s'investit dans des programmes de prévention des pollutions et de protection de la ressource pour :

  • encourager l'agriculture raisonnée : deux opérations ont ciblé les agriculteurs du bassin de la Marne pour les inciter à adopter des pratiques de fertilisation et de traitement plus respectueuses de l'environnement.
  • limiter les pollutions par les produits phytosanitaires utilisés en zone urbaine : le programme Phyt'Eaux Cités vise à limiter l'emploi de produits phytosanitaires par les services "espaces verts" des communes des bassins de la Seine, de l'Orge aval et de l'Yvette. Les premiers résultats sont concluants : la quantité moyenne de substances utilisées par les 44 communes participantes a été réduite de moitié entre 2007 et 2008.
  • sensibiliser les industriels aux risques qui pèsent sur les rivières d’Île-de-France.

Assainir les eaux usées

Pour préserver les réserves en eau et protéger les milieux naturels, les eaux usées domestiques, industrielles et pluviales doivent être collectées puis nettoyées.

La collecte s'effectue par l'évacuation des eaux usées dans les canalisations d'un réseau d'assainissement, qui les conduit vers les stations d'épuration.

Dans la station, ces eaux subissent plusieurs phases de traitement dont le but est de réduire suffisamment la quantité de substances polluantes qu'elles contiennent pour les rejeter sans danger dans le milieu naturel :

  • par séparation physique, l'eau est débarrassée des polluants solides les plus grossiers ;
  • des traitements physico-chimiques éliminent par décantation les matières minérales ou organiques en suspension ;
  • des traitements biologiques éliminent les matières organiques (urée, ammoniaque…) ainsi que les matières polluantes solubles (carbone, azote, et phosphore).

Pour les pays qui disposent d'un réseau d'assainissement qualitatif, comme la France, il s'agit donc d'améliorer encore l'efficacité de la collecte et du traitement. Dans d’autres pays, l'urgence est de mettre en place ce réseau ou de le renouveler, pour réduire les épidémies de maladies hydriques. Mais ces équipements coûtent très cher et dépendent en grande partie de décisions politiques nationales et internationales.

Responsabiliser les pollueurs

Au delà de la sensibilisation des utilisateurs de l'eau, d'autres moyens peuvent être efficaces pour les responsabiliser et les inciter à moins polluer.

Ainsi, en France et dans d'autres pays, ont été instaurées des taxes de prélèvement et des redevances de pollution, sur le principe du pollueur-payeur, dont les montants sont le plus souvent reportés sur les factures d'eau.

L'argent ainsi collecté est ensuite redistribué sous forme d'aides financières aux collectivités locales, aux industriels et aux agriculteurs pour la réalisation de travaux de lutte contre la pollution (construction, extension ou amélioration des stations d'épuration et des réseaux de collecte des eaux usées, mise en place de procédés de production plus propres…).

Activités à télécharger

  • Le m'EAU mystère
  • Des gestes éc'EAU-citoyens
  • Ass'EAUciations d'idées

Bon à savoir

Depuis 2000, le SEDIF s'est engagé dans une démarche environnementale, certifiée ISO 14001, qui concerne des domaines tels que :

  • la sensibilisation des consommateurs
  • les rejets issus de ses activités dans l’eau et dans l'air
  • la maîtrise de l’énergie
  • l'impact des chantiers sur l'environnement
  • la construction durable
  • l’intégration paysagère des ouvrages...